top of page

Marie-Eve Poitras prête sa voix au journal La Tribune et à Radio-Canada!

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

Le journal La Tribune de Sherbrooke s'est entretenu avec la Pre Marie-Eve Poitras afin d'en savoir plus sur l'initiative financée dans le cadre du programme de subvention pour l'allègement administratif des médecins de famille soutenu par l'Association Médicale Canadienne, en collaboration avec La Banque Scotia et La financière MD, qui sont résolues à favoriser le changement.


« On veut les aider à mieux réfléchir l’organisation des services. On sait que les équipes sont sursollicitées pour donner des soins aux patients et ce qu’on veut faire, c’est utiliser les données rapportées par les patients, donc sur leur santé et sur leur expérience, pour que les professionnels puissent voir comment améliorer leurs pratiques. » - Marie-Eve Poitras

Pre Marie-Eve Poitras (à gauche) et Marie-Dominique Poirier, patiente partenaire collaboratrice de l'initiative subventionnée pour l'allègement administratif des médecins de famille. Crédit photo : Amélie Fournier


Ce projet est entre autres salué par le Dr Benoît Heppell, médecin de famille à Sherbrooke, qui voit ce projet comme quelque chose de positif pour ses collègues et lui :

« Le point de vue des patients est essentiel, alors qu’il est un partenaire principal du réseau de la santé. Il faut les entendre, car on ne connaît pas toujours tous les combats qu’ils vivent : c’est très compliqué, pour les gens, les méandres du réseau. Ils seraient gagnants qu’on les écoute plus ». - Dr Benoît Heppell

L'annonce a également attiré l'attention de Radio-Canada, qui a réalisé une entrevue téléphonique avec Marie-Eve pour échanger sur les retombées potentielles et les moyens qui seront utilisés pour mener à bien l'initiative.


Nous vous invitons à faire la lecture et l'écoute des deux entrevues aux adresses suivantes :






 

ADDENDA


Découvrez deux nouvelles entrevues réalisées en juillet 2024 dans les médias du Saguenay—Lac-Saint-Jean!


« On va développer une plateforme de collectes des données autorapportées par les patients, puis les cliniques avec lesquelles on travaille, donc les médecins de famille et les professionnels de la santé, vont pouvoir utiliser la plateforme où les patients qui sont à leur clinique vont avoir complété le questionnaire. Ils vont pouvoir utiliser les données des patients pour réfléchir à une meilleure offre de services dans leur clinique. »


Comments


bottom of page